menu

Dendromité-Film

Ce film a été réalisé sur la plateforme de recherche du labo ESE en forêt de barbeau et en collaboration avec Claire Damesin.L’idée de départ a été inspirée par les protocoles scientifiques en écophysiologie d’étude de la respiration des troncs utilisant des «chambres de mesure». Le mot chambre est ici intéressant puisqu’il s’agit, pour le projet artistique, de se retrouver en contact privilégié avec l’arbre.Ainsi, dans une structure géodésique transparente entourant un tronc, la respiration de l’humain peut se mêler de manière intime à celle de l’arbre. Un protocole inédit a été mis au point afin de visualiser ces respirations croisées, matérialisés par des flux de CO2. Une caméra à infra-rouge à objectif refroidi, utilisée pour la détection des fuites de gaz dans les industries (caméra FLIR GF 343), a été ici détournée de son application première, afin de réussirà saisir la légereté du «souffle» de l’arbre, très ténu comparé à celui de l’humain. Sa visualisation très fugace montre la fragilité de cette interelation et sa préciosité.
Ces échanges intimes de souffles menés en forêt ont conduit à la réalisation du film Dendromité ( bourse art-science de la Diagonale Paris-Saclay, résidence post-production Lightcone), 2017, 10’22.
Montage en collaboration avec Gabrielle Reiner, musique : Jean-Michel Ponty.

This film was made on the research platform of the ESE lab in the barbeau forest and in collaboration with Claire Damesin, and was inspired by the scientific protocols in ecophysiology for studying trunk respiration using « measuring chambers ». The word room is interesting here because it is a question, for the artistic project, of finding oneself in privileged contact with the tree, thus, in a transparent geodesic structure surrounding a trunk, the human breath can be intimately mixed with that of the tree. A new protocol has been developed to visualize these cross-breathing, materialized by CO2 flows. An infrared camera with a cooled lens, used for the detection of gas leaks in industries (FLIR GF 343), has been diverted here from its original application, in order to capture the lightness of the « breath » of the tree, very thin compared to that of humans. Its very fleeting visualization shows the fragility of this interelation and its preciousness.
These intimate exchanges of breaths in the forest led to the production of the film Dendromité (Diagonale Paris-Saclay art science scholarship, Lightcone post-production residence), 2017, 10’22.
Editing in collaboration with Gabrielle Reiner, music: Jean-Michel Ponty.

 

 

/