menu

Ecouter la terre

Ce titre  générique rassemble plusieurs projets questionnant notre rapport au sol. En effet le sol n’est pas une matière simple et inerte, c’est un monde en soi, complexe et vivant. La terre est chargée de beaucoup de symboles : c’est notre planète bien sûr, le sol dans lequel nous faisons pousser notre nourriture, une matière première, la surface sur laquelle nous sommes ancrés, le territoire sur lequel ont vit.

À traquer les particules, sonores pour l’une et olfactives pour l’autre, à récolter des échantillons de terre ou des spécimens de fourrures, les deux artistes semblent aborder la création artistique comme des chasseresses-cueilleuses. Une fois la matière brute récoltée, commence le travail de sublimation. Karine Bonneval, qui collabore avec la « bioacousticienne » Fanny Rybak et la céramiste Charlotte Poulsen, convoque un réseau de savoir-faire allant de l’extraction à la présentation. Des vases en céramique, comme autant d’urnes ou d’écrins aux courbes organiques, renferment les captations sonores de différents sols – celui du compost personnel de l’artiste dans sa propriété berrichonne, des champs d’agriculture intensive à proximité, d’une colline au Sri Lanka ou du jardin botanique de Berlin. Chacun des extraits dégage ses propres sonorités, plus ou moins intenses et crépitantes, selon la qualité de la terre, les activités végétales, bactériennes, animales et humaines qui s’y développent. Au mur s’étale une sorte de composition abstraite, un tissage complexe de nervures. Cette capture agrandie d’une vue de microscope saisit les effets du contact entre la main de l’artiste et un champignon. Ayant renoncé à capter le chant de ces organismes eucaryotes, trop subtil pour un homme pressé, Karine Bonneval s’est résignée à une approche visuelle. Qu’elle que soit la forme empruntée, il s’agit de transformations lentes et infimes, piètres concurrentes au sein de ce que le philosophe Yves Citton appelle « l’économie de l’attention », cette dernière étant considérée dans les logiques de marché comme une ressource sur laquelle capitaliser.

Par Orianne Hidalgo-Laurier publié le 7 mars 2018, Mouvement

This generic title brings together several projects questioning our relationship to the ground. Indeed, soil is not a simple and inert material, it is a world in itself, complex and living. The earth is full of many symbols: it is our planet of course, the soil in which we grow our food, a raw material, the surface on which we are anchored, the territory on which we live.

Tracking down particles, sound for one and olfactory for the other, collecting soil samples or fur specimens, the two artists seem to approach artistic creation as hunter-gatherers. Once the raw material has been harvested, sublimation work begins. Karine Bonneval, who collaborates with « bioacoustician » Fanny Rybak and ceramist Charlotte Poulsen, is convening a network of expertise from extraction to presentation. Ceramic vases, like urns or boxes with organic curves, contain the sound recordings of different soils – that of the artist’s own compost on his Berry property, fields of intensive agriculture nearby, a hill in Sri Lanka or the Berlin Botanical Garden. Each of the extracts has its own sounds, more or less intense and crackling, depending on the quality of the soil and the plant, bacterial, animal and human activities that develop there. On the wall is a kind of abstract composition, a complex weave of veins. This enlarged capture of a microscope view captures the effects of contact between the artist’s hand and a fungus. Having given up capturing the song of these eukaryotic organisms, too subtle for a man in a hurry, Karine Bonneval resigned herself to a visual approach. Whatever the form, they are slow and minute transformations, poor competitors within what the philosopher Yves Citton calls « the economy of attention », the latter being considered in market logic as a resource on which to capitalize.

By Orianne Hidalgo-Laurier published on March 7, 2018, Mouvement

Ecouter la terre-céramiques
Anent
Manger la terre
Fungi-son

/