menu

Habits de parade

Les habits de parade, où la séduction prend les atours extravagants des animaux lors de la saison des amours. « Dès lors, il n’y a plus d’autre voie offerte que celle du demi-tour, qui nous incite à découvrir l’envers du décor, et le travail sous d’autres augures. Mouvement inverse donc, qui stigmatise dans le fond toute la double nature de l’œuvre : derrière le scintillement, le savoir-faire et le charme des matières de ces pièces organiques se dessine l’énergie animale d’objets aux accents grinçants, jouant de la frustration ou de la menace (…). Sidérantes, toutes les pièces de Karine Bonneval le sont par leur éclat et leur prestance, elles nous éblouissent et nous fascinent ; mais au final, c’est pour leurs sombres échos qu’elles nous figent. »

 Nathalie Delbard, catalogue sidérantes, 2001

/