Actualité
Respirer avec les arbres
Portées par le vent, larmes de pollen
Se planter et écouter la terre
Partager

Botaniques

Du 2 juillet au 1er octobre 2017 Jardins de Drulon, Maison école du Grand Maulnes, château du Plaix, lac de Sidiaillles, Berry Grand-Sud
Botaniques

A l’invitation de la communauté de communes du Berry Grand Sud et du Transpalette,  le projet Botaniques investit quatre sites du territoire.

Les jardins de Drulon : dendromité
Dendromité, en intimité avec l’arbre, est un ensemble de pièces issu d’une collaboration avec les équipes d’Ecologie Systématique Evolution de la faculté d’Orsay Paris Sud.
Claire Damesin, écophysiologiste et Ludwig Jardillier, spécialiste des micro-organismes, viendront rencontrer le public lors d’une conférence à propos de leurs activités scientifiques le 7 juillet aux jardins de Drulon.
La pièce constellation a fait l’objet d’un atelier avec les écoles primaires de Loye sur Arnon et Ardenais.

Maison école du grand Maulnes : les explorateurs
Une série de panoplies et de dessins disséminés dans la maison école interrogent la figure de l’explorateur et notre place au sein du monde vivant. A mi-chemin entre camouflage et déguisement, ces tenues nous rappellent que l’exploration est une notion ambivalente
dans l’histoire européenne, entre désir de connaissance et exploitation des ressources, et que notre relation à la nature a toujours provoqué rites et questions.
- Les tenues d’explorateurs sont des sculptures behavioristes qui se présentent comme des carapaces de camouflage pour explorer les zones « naturelles » les plus communes, c’est-à-dire un paysage transformé et exploité par l’homme.
Miroir d’une histoire du regard de l’homme sur la nature, ses tenues, objets ironiques, sont à envisager du point de vue naïf de celui qui se croit vierge de toute influence culturelle ou environnementale.
Ces armures à l’aspect de tenues rituelles proposent une vision décalée au regard des nouvelles tenues technologiques adaptées aux milieux « hostiles », dont chacun peut désormais s’équiper en allant dans toute grande surface de sport. Ces sculptures s’inspirent librement des tenues, peu adaptées aux milieux investis, des explorateurs du 19e, habillés à l’européenne.

Château du Plaix : Mémoires botaniques
Portraits botaniques est une installation sonore collaborative réalisée suite à des ateliers avec
les EHPAD Le jardin des vignes et les charmilles. Tout le monde aeu un jour l’expérience d’une
histoire singulière avec une plante, un arbre, et les récits à écouter ici nous rappellent ce lien universel.
Performance de Ray Partant : lecture de texte en rouleau
La bobine se déroule, c’est une ligne blanche, sculpture éphémère de papier etde paroles, elle est sensible au vent, aux sons et aux conditions dans lesquelles elle s’installe. Elle souligne d’un trait le sujet dont elle « parle ». Un déplacement narratif de l’observation à la réflexion philosophique.

Lac de Sidiailles : panoramiques
Profitant de la butte dominant le lac, un arc de photos panoramiques des tenues d’explorateurs
portées dans différents paysages investis par l’homme viendra ponctuer les installations de la
base nautique. Mises en scènes dans des espacesnaturels domestiqués, elles révèlent l’étrangeté de l’assemblage géométrique des forêts bien alignées et des champs cultivés.

  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
  • Botaniques
© Karine Bonneval, affiche Julie Ode Verin