Actualité
Manger la terre
Basculement des mondes
Conférence
Partager

UN/GREEN

du 5 juillet au 22 septembre 2019 Musée national d'art de Lettonie
UN/GREEN

Commissaires: Jens HAUSER (DE/FR), Rasa ŠMITE and Raitis ŠMITS (RIXC, LV)

artistes de l'exposition Un/Green : Agnes MEYER-BRANDIS (DE), Rebekah BLESING (US), Karine BONNEVAL (FR), Adam W. BROWN (US), Bureau d´études (FR), Santa FRANCE (LV), HeHe (FR/DE/UK), Robert HENGEVELD (CA), Florent Di Bartolo (FR), Voldem?rs JOHANSONS (LV), Iodine Dynamics (NL/FR/US/UK), Eva-Maria LOPEZ (DE/FR), Francisco LOPEZ (ES), AnneMarie MAES (BE), Joana MOLL (ES/DE), Quimera Rosa (ES/AR/FR), Jan-Peter E.R. SONNTAG (DE), Taavi SUISALU (EE), Rihards V?TOLS (LV)

Le Festival RIXC 2019 vise à complexifier la notion omniprésente de "vert" en offrant une plateforme interdisciplinaire de discussions et d'interventions artistiques explorant l'un des sujets les plus paradoxaux et les plus larges de notre époque. Le Festival présente l'exposition "Un/Green" au Musée national d'art de Lettonie et la 4e conférence "Open Fields" qui vise à dé-verdir, à reconnecter écologiquement les postures post-humaines et à découvrir et désassembler les notions d' "Intelligences Naturellement Artificielles ".

Le " vert ", symboliquement associé au " naturel " et utilisé pour hyper-compenser ce que les humains ont perdu, sera considéré comme la plus anthropocentrique de toutes les couleurs, dans son ambiguïté inhérente entre lenaturel et l'artificiel. Sommes-nous en contrôle du " vert " ? En dépit de ses connotations largement positives, le terme " vert " sert progressivement le désir non critique de naturalisation fétichiste et techno-romantique afin de compenser métaphoriquement de manière excessive la biopolitique systémique matérielle consistant dans la manipulation technique et l'exploitation croissante des systèmes vivants, des écologies et de la biosphère en général. En tant qu'espèce humaine, nous recontextualisons symboliquement les outils technoscientifiques et leurs métaphores pour compenser ce que nous estimons perdre dans les temps marqués par l'Anthropocène. L'art au seuil des technosciences semble bien adapté pour révéler les contradictions et les paradoxes, et pour démêler des notions prétendument liées telles que " vivacité ", " naturel " et " verdure ". A contre-courant du symbolisme dominant de la couleur, l'exposition "Un/Green" aborde le "vert" en tant que percept, médium, organisme biologique et matériel, construction sémantique et idéologie. Les arts médiatiques se prêtent bien à la critique et déconstruisent l'enchevêtrement entre le vert symbolique, le vert ontologique et le vert performatif. Ils mettent en scène son ambivalence toxique, ses changements perceptuels et ses alternatives multisensorielles à la vision, aux rencontres trans-espèces, aux pelouses technologisées ou à l'impact des technologies numériques alors que nous éliminons les effets de serre de l'écoblanchiment.

site

  • UN/GREEN
  • UN/GREEN
  • UN/GREEN
  • UN/GREEN
  • UN/GREEN
  • UN/GREEN
  • UN/GREEN
© Karine Bonneval