Actualité
Se planter, récolter le soleil et cultiver la pluie
Est-ce que les arbres rêvent de CO2 ? Proartibus, Korpöstrom, Finlande
Est-ce que les arbres rêvent de CO2 ? SOLU, Helsinki
Partager

Useful Fictions, symbiose(s)

le 1er et 2 juillet Théatre de la Ville, espace Pierre Cardin, Paris
Useful Fictions, symbiose(s)

Peut-on concevoir des coopérations nouvelles avec le vivant, les machines apprenantes et les objets connectés ? Les transformer en alliés symbiotiques face aux enjeux environnementaux et sociaux ?
L'école d'été de la Chaire arts & sciences a donné RDV les 1er & 2 juillet au Théâtre de la Ville pour un week-end de rencontres, performances interactives, installations participatives, conversations et conférences, fruits d'une semaine intensive de recherche-création à l'Institut polytechnique de Paris pour 50 artistes, designers, scientifiques et étudiant.e.s - sélectionné.e.s suite à un appel international.

À l’heure du changement climatique, il est temps d’imaginer de nouveaux récits : peut-on repenser nos alliances avec le vivant et la matière, avec les machines apprenantes et les objets connectés ?

Lab 4 phytomorphisme, à l'invitation de SIANA, mené en collaboration avec Guillaume Hutzler (IBISC Université d'Evry). Participant-e-s :Stav Bouzaglo, Naimeh Ghabaie, Haonan He, Olga Panella.
Se planter avec l'Aralia du Japon : installation à pratiquer pour entrer en contact avec une plante, via un tapis connecté.
Un dispositif électronique permet de faire vibrer un capteur au gré du flux électrique de l'aralia. Traduites en vibrations, il suffit de s'installer pieds nus dans les alcôves du tapis pour les ressentir. Prendre le temps de sentir ce flux vital commun à tous les être vivants transmis à notre plante - de pieds. En touchant les feuilles en cuivre, on peut ensuite percevoir notre propre flux électrique traduit en vibrations dont l'intensité change alors.

site web

  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
  • Useful Fictions, symbiose(s)
Karine Bonneval